Opéation suicide

8 commentaires

La grève de la faim entamée par deux personnalités de l’opposition politique du pays, Maya Jribi et Najib Chebbi, a inspiré trois ou quatre bloggers qui se sont intéressés par l’affaire. Mouwaten Tounsi, l’un des bloggers qui publia une note sur cette affaire s’est étonné que sur les quatre notes abordant le sujet il n’eut que 3 ou 4 commentaires. J’ai voulut réagir à son étonnement et expliquer pourquoi à mon avis la blogosphere tunisienne s’est abstenu de réagir à ce sujet. Devant les difficultés techniques de laisser un commentaire sur son blog j’ai décidé de publier la présente note. Je ne sais pas ce qu’il en des autres bloggers mais personnellement je trouve que le recours à la grève de la faim est une des formes de protestation la plus dégradante et humiliante. Si cela ne peut prêter au rire, malgré la gravité de la situation, j’aurais même dit que la grève de la faim est un comportement infantile. C’est la réaction typique d’un gosse qu’on prive de son joujou et qui pour unique réaction ne trouve que la menace de boycotter l’école ou ne pas prendre son repas.
Qu’on ne me comprenne pas à tort. Je n’ai pas l’intention de polémiquer, mais la grève de la faim est très discutable en soit même (c’est une expression extrémiste et l’extrémisme de nos jours n’est pas à la mode), sur son utilité (la notion du sacrifice n’est plus perçu comme un acte sacré par nos concitoyens qui eux se sacrifient pour des choses plus matériels par contre) et sur les résultats dont on peut escompter. Le parti de Chebbi est certes dans la merde et à des gros problèmes. Mais le choix de la victimisation, l’exercice d’une forme de chantage affectif, le pari sur un bras de fer avec le pouvoir perdu d’avance et la prise d’un risque inutile sont ils les meilleurs moyens pour résoudre ces problèmes.
Soyons sincères envers nous-mêmes. Chebbi a eu déjà l’occasion de s’illustrer lors d’une précédente grève de la faim. Qu’en a-t-il récolté. En est-il sorti grandit ? La précédente grève de la faim, plus médiatique et plus « participative » s’est terminée soudain et en queue de poisson laissant les observateurs sur leur « faim ». L’actuelle grève de la faim pourra-t-elle être mieux que sa précédente et générer une mobilisation forte et solidaire ? Je le doute fort. Car si la premier a pu capter au moins l’intérêt de l’opinion publique internationale, SMSI oblige, celle là ne dépassera sûrement pas le cercle des initiés. Non, franchement se priver de boissons et de nourritures n’est pas à mon humble avis la meilleure solution pour exprimer ses revendications. Parce que en agissant ainsi l’opposition risque de refléter une image d’elle traduisant l’impuissance, la résignation et le désespoir ce qui risque de l’éloigner encore plus de la masse.
L’opposition toute entière devra repenser ses choix, ses méthodes, son mode d’agir et son action. Plus que tout autre chose elle devra penser à se renouveler effectivement et non artificiellement.

ولله الاسماء الحسني فادعوه بها

4 commentaires

قرأت خبرا مفاده أن القيادي الإسلامي الجزائري المتشدّد علي بلحاج قد غيّر فجأة موقفه من مشروع المصالحة. ما شدّ انتباهي ليس الخبر و لا ردود الفعل التي أحدثها هذا التغيير في الموقف الذي قد يكون له صدي أجابي علي الساحة السياسية الجزائرية. ما لفت انتباهي هو إن علي بلحاج له أبن و أختار له ما تبارك من الأسماء أسم ’ عبد القهّار’. الاسم كما هوّ معلوم فيه أشارة إلي احد أسماء الله الحسناء و لست أدري لماذا هذا الاسم ذاته. هل هوّ أسم منذّر إذا ما علمنا أن أبن علي بلحاج قد التحق بتنظيم القاعدة أو أن علي بلحاج يعتبر نفسه بالتوكيل ’القهّار’؟

و أنا أقرأ الاسم ’عبد القهّار’ ارتابني شعور بالقلق و الحيرة و الاستنكار. كيف لله الرحمان الرحيم و العدل و اللطيف و الكريم و الغفور أن يكون قهّارا ؟ لقد راجعت قائمة أسماء الله الحسناء و رأيت أنّها تحتوي علي 8 أسماء علي الأقل لا يمكن أن تكون صفة من صفات الله. كيف يمكن أن يجمع الله بين صفات كلها تدعوا إلي السماحة ؤ الرحمة و الودّ و صفات لا تنمّ إلا على العنف والكره و الحقد و البغضاء ؟

كيف يمكن أن ندّعي أن الإسلام دين حنيف و دين رحمة ومودّة و سلم إذا كان رب هذا الدين جبّارا و متكبرّا و مذلّ و منتقم ؟ الأرجح هو إن هناك التباس و إن صفات الله هيّ أرفع و أسماء و أسمح من أن يكون الله مقيتا أو ضارّا. كيف يمكن أن يدعو الله عباده بأن يدعواه بأسمائه الحسناء في حين أن من بين أسماءه ما يبعث على التردّد. كيف يمكن أن نتوجّه لا لله و نقول: يا مقيت امقتهم أو يا منتقم انتقم منهم في حين أن سماحة الإسلام تدعو إلى طلب الغفران و الهداية و الرحمة...

Need an advice urgently...

10 commentaires

Voila, le problème est le suivant : ma fille est née en mai 2002. L’année dernière je l’ai inscrite dans une classe préparatoire. La gamine selon ses enseignants se défend pas mal et ils m’ont conseillé de l’inscrire en première année cette année. Avant de le faire j’ai sondé pas mal d’avis des amis et des connaissances est la majorité a penché pour que je donne du temps à ma fille pour qu’elle continue à jouer tranquillement. Leur argument est que il vaut mieux qu’elle commence les études à 6 ans et 4 mois qu’à 5 ans et 4 mois. J’ai fais comme on m’a dit et j’ai réinscrit ma fille dans la classe préparatoire pour la deuxième année. Sauf qu’hier en rentrant chez moi j’étais surpris d’apprendre par ma femme que la direction de l’école ou étudie ma fille l’a mise dans une clase de première année. Ils ont dit à ma femme que notre fille a le niveau et que ça serait « bête » de lui faire perdre une année. Que faire ? Suivre la direction de l’école dans son raisonnement ou solliciter sa réintégration dans une classe de préparatoire ?
Merci pour le conseil.

Virage el Menzah-Blogosphere : Quelle différence ?

12 commentaires

Dans une ambiance d’émoi et de stupeur
BTB a osé casser la baraque
Avec un texte certes provocateur
Il a déchaînés la horde des macaques
Certains crièrent mort au tueur
D’autres réclamèrent son intronisation
Tous oublièrent qu’il n’est que l’un des leurs
Et que pour s’exprimer il n’avait besoin d’autorisation
Certains s’érigèrent en donneur de leçon
D’autres en alliers fidèles et solides
Les insultes fusèrent autant que les soupçons
Tournant l’affaire en une scène sordide
Telle est la nature de la blogosphère
Une fois morose une autre effervescente
Alternant complaisances et coup de tonnerres
Signe de schizophrénie régnante
Mais tout cela n’est que réjouissant
Car dame démocratie a pu s’exprimer
Chacun a dit ce qu’il pense à sa façon
Et tous ont pu avoir droit de cité
L’idéal serait que tout ce beau monde
Troque le virtuel pour la réalité
Et que pour de vrai on sonde
Jusqu’ou peut aller la citoyenneté

Le retour des morts vivants

6 commentaires

Il y a comme un air de revanche qui a soufflé du coté de RTCI ces derniers mois. Apres le retour de Habib Belaid (qui n’a jamais quitté réellement RTCI) et celui de Rchid Fezaa, Khaled a décidé lui aussi de reprendre le tablier. Mais le « come-back » le plus surprenant et le plus fracassant aurait été indiscutablement celui de Haykel Bouzouita qu’on a préalablement annoncé du coté de Radio Mosa-mb-ique (heureusement que le bon dieu nous a préservé d’une telle catastrophe). Je ne sais pas qui est l’architecte qui a été derrière ce retour en force des « Dinosaures » de l’animation radiophonique qui ont fait les beaux jours de RTCI pendant plus d’une décennie. Ce que je sais par contre, c’est que réécouter la voix de ces « ténors » a été une agréable surprise et un plaisir exquis. Pour boucler la boucle je dirai qu’il ne manquerait que le retour de Khalil qui pendant les années 70-80 a fait lui aussi des siennes sur les ondes de RTCI. Franchement ce retour m’a pousse à me « réconcilier » avec cette radio que j’aime tant et qui a bercé les plus belles années de mon enfance et de mon adolescence. J’ai trouvé que le départ de ces gens ayant un don inné pour l’animation radiophonique n’a jamais été comblé et que ceux qui sont venu soit disant prendre leur place se ressemblent tellement dans leur voix, leur phraséologie, leur musique… qu’on a l’impression d’écouter la même personne et la même émission pendant toute la longueur de la journée. Je ne veux pas faire de l’amalgame, mais à deux ou trois exceptions prés, tous ceux qui se sont relayé pour animer des tranches sur les ondes de RTCI ont présenté des émissions si identiques à s’y méprendre. La seule et unique expérience vraiment intéressante et plaisante a été celle entreprise il y a de cela une année ou deux ans par l’inégalable Ramzi Malouki qui préparait une émission « Ready-made » depuis les States pour être émise sur les ondes de RTCI comme si c’était du directe. Avec le retour de Habib, Khaled, Rchid et Haykel, RTCI est entrain de marquer un gros coup, car les auditeurs pourront écouter des belles voix, un bon français et surtout de la bonne musique… Avant de finir avec ce post, je voudrais signaler que vous auriez sûrement remarqué qu’en matière de retour je n’ai parlé que d’animateur radio homme. C’est que franchement je n’avais pas d’idole féminine du coté de RTCI. Enfin si. Je regrette le départ de la « Reine » de RTCI, Faiza Ghachem. Une Grande Dame de la radio et une grande Dame tout court. Faiza si par hasard ce post tombe entre tes mains, je voudrais te témoigner l’expression de ma plus haute estime. La seconde animatrice radio que j’aimerais réécouter sa voix sur les ondes de RTCI est « Nayla » mais je crois savoir que cette dernière vit très loin d’ici (on ne sait jamais). Voilà la messe est dite et le seul truc que j’aimerais ajouter est un message à caractère plus tôt personnelle : Mme Houriya Guellati si on vous propose de réintégrer RTCI, par l’amour de dieu, ne le faites pas.

De quoi peut-il rêver ?

5 commentaires

Je vous ai annoncé il y a quelques semaines de cela que ma femme a donné naissance à notre deuxième bébé. Comme tous les bébés de la planète, le notre passe la majorité de son temps à téter et à dormir. Parfois, il lui arrive de s’arracher soudainement de son sommeil tout en pleurant et en criant au point de croire que quelqu’un ou quelque chose lui a fait du mal et pourtant rien de tel ne s’est vraiment passé. Sa mère, ses grandes mères et ses tantes paternelles et maternelles ont une façon ingénue d’expliquer ses éclats en sanglot brusques et violents. Selon elles, bébé venait de faire un mauvais rêve (un euphémisme pour dire un cauchemar). Cette explication m’a interpellé et m’a poussé à me poser des questions que moi-même je trouve étrange et surprenant de se poser des questions pareilles. De quoi peut rêver un bébé qui a à peine un mois ? Quel genre de cauchemar peut-il faire ? A part le sein de sa mère j’ai beau cherché mais je ne vois pas ce que peut connaître un bébé d’autre dans cette vie ici-bas. Donc, résolument, quand bébé fait un rêve ou un cauchemar ces derniers ne peuvent avoir comme protagoniste exclusif et peut être le seul que le fameux sein. Non mais franchement, essayez d’imaginer un instant un bébé rêvant d’un gros sein méchant courrant derrière lui pour le dévorer ? La scène est burlesque. Mais si c’est le cas j’aimerais bien être à la place de ce dernier.

Ou va-t-on ?

6 commentaires

Jusqu’à il y a très peu d’année le portrait stéréotype qui se faisait du tunisien, tant à l’échelle nationale comme à l’échelle internationale d’ailleurs, définie ou du moins essaye de définir ce dernier comme un individu modéré, docile, obéissant et pacifiste ayant comme soucis primordiaux son bien être et le besoin d’améliorer sa situation. Durant des années entière on s’est complu dans cette réputation fictive et on s’est efforcé pour forger cette image fausse et hypocrite à outrance. Soudain, des événements nationaux et internationaux sont venus nous tirés de cette torpeur. Ils ont bousculé et sapé de fond en comble cette image de marque longtemps et sciemment entretenue. Il ne se passe un jour sans que l’on apprenne qu’un tunisien ou des tunisiens sont partie prenante dans des actes inhumains que répriment la loi et la morale. On pensait le cas du kamikaze de Djerba un fait divers, un accident, une exception et voila que l’on découvre que les tunisiens membres et parfois chefs de cellules ou bandes appartenants aux organisations les plus extrémistes sont nombreux et que leur nombre grossit régulièrement l’effectif des réseaux terroristes internationaux. Comment expliquer ce radicalisme ? Quelles raisons résident derrière cette volonté d’adhérer aux mouvances extrémistes qui n’ont de dieu que la violence? S’agit-il d’un changement soudain dans les mœurs des tunisiens ou est ce que la violence a toujours été inscrite dans les gênes des tunisiens ? On a voulu voir dans le cas du tunisien à la tête du commando qui perpétra les attentas de Madrid un cas anecdotique mais voila que chaque jour on apprend que des enfants de nous, de notre culture partisane de la tolérance et de la clémence, issus de nos antres se joindre aux causes les plus radicales avec foi et conviction. De l’Afghanistan à l’Algérie, de l’Irak au Maroc, des tunisiens s’illustrent dans des oeuvres macabres génératrices de destruction, de chaos et d’affliction. La dernière apparition sinistre de ce genre nous vient directement du Liban et plus précisément du Camp Nahr el Bared. Pas moins de 4 tunisiens figurent parmi les ténébreuxs protagonistes de « Fatah al Islam » ce groupe obscurantiste qui déclencha des affrontements absurdes et meurtriers avec l’armée libanaise. Faut-il continuer à faire comme si de rien n’était ou réfléchir et agir le plus vite possible avant que le déluge ne nous emporte dans son élan dévastateur ? La réputation du tunisien est déjà assez délabrée et ce genre de phénomène ne peut que lui causer d’avantage de préjudices.