Marie à tout prix

4 commentaires

L’autre jour j’ai du me déplacer au centre ville pour effectuer quelques affaires personnelles. En revenant au bureau, j’ai du passé par une ambassade européenne ou il y avait une queue de gens qui attendaient patiemment qu’on leur restitue leurs passeports et accessoirement le visa avec. Ce qui a attiré mon intention ce n’est pas les gens qui faisaient la queue mais plutôt une jeune fille proche de la trentaine qui s’est faite accompagner par deux amis. L’un est resté à côté d’elle tandis que l’autre, menu du reçu de la fille, est allé chercher le fameux trésor. La jeune fille ne savait pas ou se mettre. Dans son interminable et surtout insupportable attente, elle passait du rouge au jaune, au vert… bref par toutes les couleurs et par tous états d’âme, espoir, tristesse, dépit… Enfin, lorsque son ami est sortit le passeport en mains, elle lui a fait un signe des yeux pour savoir la réponse. Ce dernier hocha la tête d’un signe positif. Eclats de joie, youyous a toute voie, sauts, applaudissements, larmes… un vrai spectacle. On aurait dit qu’elle venait de réussir son bac ou son diplôme ou sa thèse. Etre réduit à une telle situation pour un visa… mon dieu ou va-t-on comme ça ?

تشانشينا ااااااا

0 commentaires

Amies et amis bloggueurs bonjour. Savez-vous quel est ce pays merveilleux qui change de couleur à chaque saison ? Il est gris en hiver. Il est vert au printemps. Il est jaune en été. Il est ocre en Automne. Et il est tout mauve en novembre ? Mais oui c’est la Tunisie bien évidement. Comme vous avez trouvé la bonne réponse tous seuls vous aurez tous un bon point.

QUAND L’HUMANITAIRE FROLE L’ACTE MAFIEUX

1 commentaires

L’Arche de Zoé, une ONG française qui se voulait bienfaitrice des enfants orphelins victimes de guerres ou de catastrophes naturelles en leur cherchant un refuge. La raison veut que l’action de cette association soit considérée comme une mission noble est louable et un exemple à encourager. Sauf que l’agissement de cette association au Darfour où, sous couvert d’une opération humanitaire, l’Arche de Zoé a mis tout un stratagème pour l’évacuation clandestine et illégale d’une centaine d’enfants tchadiens pour être l’objet d’une adoption, contraire à toutes les règles et formes légales en rigueur, par des familles d’accueil françaises, risque de causer des frissons et d’éreinter à long terme l’image de l’humanitaire agissant à la française. Amateurisme est le mot qui revenait en redondance dans les moyens de communication pour expliquer les déboires des membres de l’Arche de Zoé qui se trouve en ce moment détenus au Tchad. Cependant, on a beau chercher le maximum de circonstances atténuantes, il n’empêche que l’on ne peut pas comprendre la démarche des responsables de cette association qui ont sciemment détourné les objectifs de leur mission dans cette région de l’Afrique pour en faire un scandale d’une ampleur retentissante... L’Opération a tous les ingrédients d’une mission d’espionnage de haut niveau : mensonges, brouillage de pistes, confidentialité, recrutement de personnel qualifié, falsification de données et de documents, réunions secrètes… La forme dont elle a été menée et les arguments avancés par les acteurs de cette opération pour se justifier et légitimer leur intentions laissent perplexe à propos de leur sincérité et suscitent plusieurs questions : Peut-on se permettre de tout faire sous prétexte que le but finale est humanitaire ? Faut-il braver les lois et les procédures sous prétexte de dénoncer l’immobilisme et la bureaucratie des institutions ?

Il est évident que dans l’affaire de l’Arche de Zoé le politique s’en est mêlé à l’humanitaire (on parle d’encouragement direct de Sarkozy et de Kouchner) et il est sur et certain aussi que de part et d’autre il y a eu beaucoup de manipulation, de trahison et d’exploitation à des fins autres que celles inhérentes à la mission elle-même. Mais comment le Président de cette association, un pompier volontaire présenté comme un exalté de l’humanitaire et sincère en dépit de son allure d’un « allumé et limite inquiétant », peut-il justifié sa sincérité et le bon escient de la mission tout en ayant imposé beaucoup d’opacité et de procédures énigmatiques à une mission qui se veut être à caractère humanitaire ? Comment ne pas voir en un tel acte une manœuvre calamiteuse si l’on a su par la suite qu’une bonne partie des enfants destinés a être évacués étaient couvert de bandages qui ne couvraient au fait aucune blessure et qui en plus étaient des faux orphelins? Il est facile de diriger des doigts accusateurs à gauche et à droite. Il est facile aussi de s’ériger en martyr d’une cause noble. Mais comment convaincre de la noblesse d’une œuvre lorsqu’il y a beaucoup d’argent impliqué dans l’histoire, lorsque il y’a financement occulte et surtout lorsqu’il y a friction avec des centres de pouvoir pas toujours collaborateurs et surtout pas aussi sincères que cela ?

Coupable ou non, avec cette bourde qui ne finira de faire parler d’elle, l’association « Arche de Zoé » non seulement a assené un coup fatidique à l’action humanitaire et aux ONGs oeuvrant dans ce domaine mais elle vient d’offrir aux détracteur de l’humanitaire et surtout au chantres du clash des civilisations l’argument pour remettre en question un principe qu’on pensait incontestable et incontesté.

Oh Marie, si tu savais...

1 commentaires



Je suis pas un fan de Johnny Hallyday. Mais quand il chante son doux prénom je ne vois qu'elle...

l'effet bifidus

0 commentaires

Je croyais l’Esperance Sportive de Tunis, ettarara pour les mkach5a, moribonde après les piètres résultats enregistrés au début de la saison. Heureusement que le changement opéré au niveau de la direction a eu un effet bénéfique. La nouvelle direction a prescrit un traitement, certes draconien, mais efficace : joueurs, entraineurs et dirigeants y compris ont du se mettre à un régime exclusivement « Activia ». Comme par miracle, en moins de quinze jours le résultat est là. C’est la première fois qu’une publicité n’est pas mensongère (*)

(*) voir le slogan de la campagne publicitaire de « Activia ».

أحنا قدّاش؟؟؟

2 commentaires

Accros à Tn-Blog bonjours. Aujourd’hui on va parler d’opérations d’addition à géométries variables. Vous n’êtes pas adeptes des chiffres et des calculs ? Ce n’est pas grave et surtout ne vous en faites pas. Vous verrez qu’en réalité il ne s’agit pas de résoudre une équation arithmétique compliquée. Il vous suffit de bien vous concentrer et les choses iront par elles mêmes. Commerçons donc par le commencement : Savez vous quelle est la somme de 8+1+9 ? Vous avez dit 18 ? Eh bien c’est non. 17 ? Non plus. 16 ? C’est encore raté. Vous me fatiguez avec vos devinettes. Je vous donne le résultat : 8+1+9 ça fait 11. Vous ne me croyez pas. D’accord, je vous donne la preuve par quatre et je vous expliquerai la procédure pas à pas. Samedi après midi, après les pluies diluviennes, le télétexte en rotation sur Tunis 7 annonce qu’il y a eu 8 morts dans la région de Sabbalet Ben Ammar, 1 mort à Tunis la capital et 9 disparus. Cette même information a été confirmée par tous les journaux du dimanche 14 octobre. Le lundi, les mêmes journaux annoncent que trois cadavres ont été repêchés et que le nombre des victimes a été porté à…? Combien à votre avis ? Mais bien sur Onze, parbleu (ceux qui ont dit 12 seront recalés). Récapitulons : 8 morts + un morts + neuf disparus égalent X. Des neufs disparues on récupère 3 qu’on rajoute à X le nombre total des victimes (8 + 1 + 3) on obtient un total de 11 victimes. Parce qu’au fait, et là la démonstration est très simple : 9 disparus c’est égal à zéro. Comment ? Eh bien, puisque ces victimes ont disparus (pas de corps pas de traces) par conséquent ils sont devenus rien. Le « Rien » en termes mathématiques est traduit par la valeur Zéro (c’est élémentaire mes chers Watsons quand on a rien entre les mains on dit qu’on a zéro machin). Maintenant continuons avec notre raisonnement. Si on récupère trois de ces disparus cela nous fait : 0 + 3 = 3. Cela ne vous parait pas évident. Je continue avec l’explication. Voyons voir ce que disent les journaux du mardi 16 octobre. Selon les articles dédiés à cette tragédie, les gens de secours ont pu repêcher le lundi deux (2) nouveaux corps. Pour « « Achourouk » le nombre total des victimes et devenu (11+2) 14. Sa consoeur « Assabah » quant à elle, elle s’est mêlé les doigts et elle n’arrive plus à s’en sortir (Il parait que les gens d’Assabah ont convoqué un conseil de rédaction pour résoudre cette équation. Mais malheureusement ils ont perdu le nord à cause de l’interactivité et de l’enchevêtrement entre plusieurs opérations d’addition et de soustraction à la foi). « Le Quotidien », en bon premier de la classe, lui est formel : 8+1+9 = 17 morts + 4 disparus = 21. « Le Temps » lui, avec un peu d’hésitation, avance le chiffre 16. Le doute qui le ronge il l’explique par une nuance de taille : soupçonnant l’existence d’un piège, il se demande pourquoi précisément Sabbalet Ben Ammar (parce que pour lui si les inondations avaient eu lieu ailleurs la donne aurait changée… Remarquez que la « Loi de la relativité » lui donne amplement raison et là n’étant pas expert dans le domaine je donne ma langue au chat). Pour « La Presse » enfin, le nombre total des victimes est égal aux nombre des mesures adoptées par le Conseil ministériel pour mieux se prémunir contre les phénomènes climatiques soudains (pour les amateurs de mathématiques, il ne s’agit là que d’une minable équation à deux inconnus résoluble en deux secondes). Voila la leçon est terminée. Vous n’avez rien comprit à cette charabia. Moi non plus figurez vous. Cependant retenez trois ou quatre choses :

1.- Vous voulez le bilan officiel de la tragédie de l’Aid ? Circulez, il n’y a rien à voir.

2.- Apres trois jour, les différents ministères de tutelle continuent à paraître incapables d’effectuer la gestion d’un bilan d’une vingtaine de victimes (!!! pas de commentaire)

3.- Si vous voulez avoir des informations sur votre pays continuez à faire confiance à « Radio Rumeurs » ou, si vous êtes chanceux, consultez les medias étrangers. Ces derniers savent plus que vous sur le nombre de chemises que vous avez dans votre propre garde-robe.

4.- Il est vrai que les pluies ont causé la mort de certains d’entre nous. Mais ne soyons pas aussi pessimistes que cela car grâce à ces mêmes pluies la saison agricole s’annonce « bénéfique » (adjectif retenu par la majorité des journaux pour qualifier les pluies diluviennes) et on aura une bonne récolte. Allez, bon blog.

Fatla Souf

0 commentaires

Accros de Tn Blog bonjour. Les dernières pluies diluviennes et les tragiques inondations qui ont marquées la fin du Ramadan et l’Aid m’ont rappelé un cher ami à moi qui s’est toujours distingué par sa façon bizarre de voir et d’expliquer les choses de la vie. Mon ami en question est un brin philosophe voire même un personnage « éberluant » pour certains. Sa vision de la vie peu paraître choquante ou carrément du pur délire. Cependant je dois reconnaître qu’il y a de la profondeur dans sa pensée et que ses « raisonnements », pour les uns, et ses «idioties » pour d’autres, observés sans préjugés ni dogmes peuvent paraître d’une pertinence déroutante. Je me rappelle qu’un jour on été silencieux et tranquilles entrain de nous basaner sous le soleil d’août, lorsque ce cher ami fit soudain la réflexion suivante : observez bien mes chers amis. Il y a bien longtemps de cela, dans l’antiquité, les peuples avaient tendance à octroyer un dieu pour chaque force naturelle. Le soleil avait son dieu, la mer le sien, le vent aussi, le tonnerre, la pluie… Les gens, pour éviter la colère de ces forces naturelles avaient l’habitude de présenter des offrandes à ces dieux et c’étaient, généralement, des belles vierges ou des garçons en pleine santé qu’on sacrifiait dans les sanctuaires dédiés à ces divinités. Puis les choses ont changé, avec l’arrivée des religions monothéistes, on ne présentait plus d’offrandes à ces forces naturelles. Bizarrement, ce que ces forces naturelles recevaient « gracieusement » dans le passé il semble qu’elles le prennent par la force de nos jours. C’est comme si elles réclamaient leurs dues. Regardez combien de personnes meurent chaque années sous l’effet du soleil, combien meurent noyées dans la mer. Observez attentivement le nombre de personnes qui meurent emportées par les inondations ou qui sont terrassées par une foudre. Cela peut vous paraître anodin, mais croyez moi mes chers amis, ces forces naturelles ont pris leur revanches. Elles ont su tisser une toile pour obtenir ce que dans le passé ont leur présentait volontairement…

A vous aussi cette théorie peut vous paraître du n’importe quoi pour ne pas dire ridicule. Mais, admettez que si on y réfléchit un peu on peut conclure que quelque part cette explication a un sens.

اذا لم تستحي ...

8 commentaires

عزيز راجل عزيز. أنسان مثقف و مهذّب. ولد عايلة كبيرة و مترفهة. اخلاقو عالية و صفاتو نبيلة. شباب و مذخم في هيتو وفي هندامو. عزيز صاحب نكتة و القعدة معاه ممتعة و مفيدة في نفس الوقت. عزيز كيما نقولو نحنا في كلامنا : ربي عطاه كل شيء بكملو و تمامو. الجاه و المال والجمال و الصحّة.

هل الكلام نقولو من باب المعزّة و موش من باب الحسودية و أنشاله ما نخذوشي بالعين علي خاطر عزيز معزّتو كبيرة عندي والصداقة الي تربطنا عشرة سنين. كل شيء في عزيز يعجبني و يبهرني الاّ حاجة وحدة.

عزيز معرّس بمرا بالفم و الملا : زين و عين و قدّ. ربي رزقو بثلاثة ولاد لكلهم تربية و فيانة. لأسباب نجهلها و نستغربها عزيز صارحني في يوم من الأيام الّي عندو صاحبة. هالسرّ الي باحلي به حيّرني و قلقني. ظربت خماسي في سداسي و قلت في نفسي الّي صاحبي "اذا كان وصل عمل صاحبة علي مرتو لا بدّ و أنّه في الأمر أنّ ". تصورت ألّي مع مرور السنين العيشة الزوجية متاع عزيز أثقلتها الروتين و ولات بلا طعم و لا ريحة. تصورت زاد ألّي صاحبي هذا ما وصل ألي هل الحل الاّ ما طاح علي شخطورة تذهب العقل و الدين.

في الحقيقة نستعرف ألّي حسدتو علي هل البخت : مرا تقول علاها حورية علي حالها في الدار و متراس طرنكوشة في الشارع. نزلت علي صاحبي بالسوؤلات بش نعرف كيفاش يعمل باش يوفق بين الحياة الأزدواجية ألّي هو عايشها. جوبني و قالي : " كيما يعملو الناس الكل (؟؟؟)".

علاش مش نهار من النهرات سي عزيز ستدعاني لشربان قهوة في واحد من الوتلي تع البونليو. نحنا قاعدين نتجابدو في اطراف الحديث و هاللكزة ألّي جات و خذات بلاصة بحذانا. أنا مازلت داهش في أمر المتطفلة يغزرلي سي عزيز و يقلّي نقدّملك حنان.

حنان طلع أسم المتراس متاع صاحبيي. غزرت نرقي روحي قدّام هزكة. جلدة عاطية عالزروقية. صبيغة صفرة شعشوعي. صدر معرّي تقول مخرّب بالجدري. الشحومات دازّه من البلايص الكل و الشيء شلافط شلافط. اللبسة حدّث و لا حرج. بأختصار هالمتراس طلعت ملهط بأتم معني الكلمة. تأسفت لحال صاحبي و تعجبت من أمرو. كيفاش ينجم يمس فصالة كيما هذي ؟ كيفاش ينجّم يفنطزمي علي رهط ترقّد السعد أكثر من الكاكوية؟ كيفاش يخلي مرا انوثتها طنطق و يتجامع مع ملهط ما تتهزّش بمقص النار ؟ والله يلّي أمرو حيّرني

What’s going on?

1 commentaires

Non, non. Il ne s’agit point d’écrire un article sur l’une de mes chansons favorite que chante l’un de mes idoles en musique (Marvin Gaye pour les non initiés). Non, la question je me la pose suite à une « anomalie » remarquée sur l’un de nos journaux de cette fin de semaine. Je m’explique. Je n’apporte rien de nouveau en vous disant qu’il y a de cela un peux plus de dix jours, deux figures de l’opposition « radicale » (as they use to say), ont annoncé leur intention d’entrer dans une grève illimitée suite aux problèmes qui ont paralyser les activités de leur parti. Je parle bien évidement de Najib Chebbi et de Maya Jeribi. A la veille de cette décision que j’ai et continu à désapprouver, les deux protagonistes de la grève de la faim ont tenu une conférence de presse pour expliquer leur geste. Bien que la majorité des media tunisien prirent part à cette conférence de presse, aucun d’eux, à part bien évidement las agences de presses étrangères, n’a daigné rapporter ne serait ce qu’une seule ligne sur la polemique décision des dirigeants du PDP. Dimanche 23 octobre 2007, cependant, « Le Temps », qui certes nous a habitué à sortir des files de temps en temps, a reprit textuellement le communiqué médical concernant l’état de santé des deux grévistes. Il ne s’agissait pas des deux lignes laconiques habituelles qui ne suscitent que stupidité et niaiserie. Non, non. Il s’agit d’un vrai article ou l’on parle et on explique pour une fois de quoi il s’agit.

A la lecture de l’article, en deuxième page s’il vous plait, ni les noms ni l’affaire ni l’historique n’a été censuré. Je lisais et je me frottais les yeux. De temps en temps je me pinçais les joues, la main, le coup…pour m’assurer que je ne rêvais pas. J’ai failli me brûler avec un briquet pour être sur que j’étais dans la réalité et non dans l’irréel. J’ai beau retourner le journal et verifier une par une ses pages. Non je ne me trompais pas. Ce n’est pas « Al Mawkif » que j’ai entre les mains. Ce n’est pas « Mouwatinoun » non plus ni « Attarik Al Jadid ». C’est bel est bien le journal « Le Temps ».

Qu’est ce qui s’est passé ? Il y a eu un 7 novembre bis ? Ou est ce que le propriétaire du journal « Le temps » s’est réveiller soudainement du mauvais pied ? J’aimerais bien me convaincre et voir dans cet article une confirmation de l’ouverture démocratique annoncée à cor et à cri. Mais, comme le proverbe le dit si bien : une seule hirondelle ne fait pas le printemps (ou dans notre jargon : اليد الوحدة ما تصفّقش ). Cet article au lieu de dissiper mes doutes n’a fait que les redoubler.