S.O.S Demande d'aide

7 commentaires


C’est un avis que je dirige à tous les bloggers djerbiens ou experts en histoire de l’île. Qui de nous n’a pas entendu parler du corsaire Dragut (Torgut Reis ou Erraïes Darghouth). Vers l’an 1560, le célèbre corsaire massacra, dans l’île de Djerba, quelques 5000 espagnols et édifias sur leurs ossements une tour pyramidale connue aujourd’hui sous le nom de « Borj el Kebir » (Borj el Riouss). Il a fallu plus de deux siècles (1848) pour que le Bey, sur recommandation du Consul français (si je ne m’abuse), ordonne la destruction de ce « trophée » macabre. Si la tour existe encore, le sort des ossements lui n’est pas aussi clair que cela. L’aide que je vous demande de m’apporter c’est de me dire qu’est ce qui a été fait exactement avec ces ossements. Reposent-ils dans un lieu précis à Djerba ou ont-ils été tout simplement éparpillés ?

Je vous remercie d’avance pour votre collaboration.

وقتاش تتحرك النسمة ؟

6 commentaires


ملا سخانة و ملا قلق و ملا فدة
ملا صراحة و ملا جرأة و ملا شفافية
ملا وطنية و ملا حب للوطن و ملا ديمقراطية
الحصيلو شيئ يعمل الكيف
واحد يغني و جناحو يرد عليه
و الغفر يتصنت بكل خشوع و يصفق
الحصيلو ملا جو كبير و ملا هيلمان
هذا الشيئ إلي نحبو عليه
هذا الشيئ إلي نستناو فيه
ملا ملفات و ملا مواضيع و ملا نقاشات
و ملا أحكام خارجة من ريوس الفكارن
و ملا صحافة و ملا سخافة
هذا المشروع حضاري ديمقراطي و لا بلاش
و هذا الخيار إلي لا رجع فيه و الي كيفو ما فماش
و ملا عبرة لمن يعتبر
و لي من ما يعتبرش زادة
الحصيلو شيئ ينطق من الاجناب
و يعرّق مؤخرات الاحباب

الموت في الدورة

1 commentaires


في المخيلة الجماعية العربية بصفة عامة الموت حق. و في المخيلة الجماعية التونسية بصفة خاصة الموت لازمة لاكن العذاب علاش ؟ الاغلبية فيكم يظهرلي سمعت و إلا قرات الخبر الي نشرتوا تقريب الجرائد الكل و الي يتحدث عن حادث مؤلم وقع عندو ثلاثة ايام و الي مشي ضحيتو كهل و زوز وليدات صغيرات و تسبب في كارثة لثلاثة عائلات.

هالتدوينة هذية حبيت نكتبها مهوش للتنديد و لا لتوجيه الإتهامات لهذا أو للاخر. حبيت بركة إنّبه السلط المعنية بالامر وانو وقفة المتفرج طالت اكثر مما يطاق، و أنو السياقة و التصرف المتهوّر اصبح القاعدة العامة و ليس الإستثناء، و أنو سياسة اللامبالات هاذي باش تهزنا للفينقا، و أنو العباد كلبت اكثر من اللازم...

يا أخي كيما توخيتو سياسة سيب الماء عالبطيخ، كيما حليتو اللعب للناس الكل و وللات الكراهب و رخص السياقة اسهل من الباك... تحملو شوية مسؤولياتكم. كي أحنا ما عندناش الإمكانيات باش نجهزو طرقاتنا بوسائل الحماية الكافية، كيف الشعب ظهر مزال قاصر، كيف إخطلت الحابل بالنابل... يا سيدي جندولنا اعوانكم باش يردعو كل ما يقوم بمخالفة او مجاوزة للقانون. ما نحبوهمشي متخبين وري شجرة يصطدو كقطاع الطريق. أنحبوهم مزروعين ظاهرين بالمرصاد لكل مخالف متخلف. يزيونا من الدمومات، يزيونا من الدموع، يزيونا من الغصرات و وجايع القلب رانا ولينا برانوياك نراو في الخطر جاي من كل جهة. إنشاء الله هل النداء يرقي اذان صاغية.

يجيك البلاء يا غافل

6 commentaires


أصحاب الالسن الخبيثة، الله يذاريكم و يذارينا من شرهم، ما يخليو حد في راحة. ديما يدخلو في الشقيقة و الدقيقة تقول عندهم راس مال من نشر الحكايات الفارغة. يعملو من الحبة قبة و يكفي انهم يشدو راس فتلة باش يسردولك حكاية ما يتصورهاش العقل. هالجماعة، الله يسامحهم و برّا، ما صدقو الربي قراوا خبر في وسائل الإعلام الإلكترونية حتي نقزوا عالفرصة باش يترماوا في مهاترات غريبة قالي و قتلك و شدلي نربطلك و هذا يجبد من الخابية و لاخر يحط في الطابية اسمع يالي ما سمعتش راهو المسألة يصير فيها و يصير.

قالك يا سيدي بن سيدي إلي المسألة و ما فيها هو أنو أنساب المدير العام متاع لبلاد موقفين في تهمة و من الممكن ياسر و انو ترسيلهم يعملوا سيجور في دار خالتهم. الله أعلم هالإستنساج هذا منين جبوه لكن هالجهات تحلف و أنها عندها ما يشهد علي كلامهم. ايا سيدي قالك فما قناعة عميقة و أنو الزيارة الاخيرة لسجن المرناقية إلي قام بيها المدير العام متاع البلاد ماهاشي مجانية و لا إعطباطية. الله يهلكهم العباد اش إطّلع. هلي يصطادوا فالمياه العكرة يظنوا و أنوا السيد اصر علي هالزيارة باش يتطمن علي المستقبل القريب متاع أنسابو و هذاك علاش تنقل هو بنفسو للمكان للقيام بمعاينة مرئية. انا حسب رأيي هذا أقل حاجة يمكن يعملها معا هاكالمغبونين إلي مساكن رقدو و قامو و رقاوا ارواحهم في ورطة بحيثو ولّي ينطبق عليهم عنوان برنامج المختار صحنون : وين كنّا و وين صبحنا. شبيك راهم أنسابو و ما ادراك و عادي جدا انو يتاكد بنفسو من انو المكان إلي يمكن باش ترسيلهم فيه يكون لايق و قد المقام.

المهم و انو العرف الكبير قري حساب كل كبيرة و صغيرة بحيث لا خوف علي القوم بما أنو المدير العام عمل إجتماع خذي فيه جميع الإحطياطات اللازمة. أنذر في ها الإجتماع في كيفية و سبل مقاومة ظاهرة الرسيديف و زاد قام بدرس معا خدامتو إمكانية اللجوء للعقوبات البديلة كحل للإنتفاع بخبرة و معرفة المحكوم عليه. هالإجراء ما ينجم كان يعود بالفايدة علي المجموعة الوطنية. و في هالحالة، ما بقي كان الواحد يحدد انا نوع من نشاط ذو منفعة عامة يطبقها علي هالانساب في حالة ما، الله لا يقدر، ثبتت إدانتهم. و المسامح كريم.

قبل ما نكمل مذبيّا نوجه رسالة خاصة لسي المختار و هي أنو أقل حاجة ممكنة هي طلب الإذن قبل ما الواحد يهبط علي تدوينة كاملة إستوحي منها بعض الأفكار باش يكتب مقالو. راك قاضي و ما يخرجش عليك هالشيئ.

La fin ???

13 commentaires


Plusieurs bloggers ont commenté la chronique qui risque de faire couler beaucoup d’encre : la mise en examen des frères Traoré. Certains se sont même réjouit de l’existence d’une forme de justice ( ???) et ont cru (naïvement je suis obligé de le dire) que l’inculpation sera assortit d’un jugement de condamnation.

Tous ces gens ont oublié une règle incontestable :
Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué". Et dans ce cas il se trouve que la « bête » est bel et bien vivante. S’il est vrai que les frères Traoré ont été différés devant la justice cela ne signifie en aucun cas une inculpation vu qu’il s’agit d’une mise en examen (lire attentivement les paragraphes concernant la procédure et les garanties). A bien regarder les failles et les échappatoires qu’offre cette procédure il y a fort à croire que l’affaire ne sera en fin de compte qu’un canular destiné à divertir et surtout à occuper les gens.

En marge de son caractère sensationnel, l’affaire, de part sa médiatisation et ambiguïté, pousse à se poser quelques questions : Depuis quand la justice tunisienne collabore-t-elle avec les justices étrangères ? Depuis quand la justice tunisienne agit-elle indépendamment et sans instructions venant d’en haut ? Quel magistrat (oueldettou oummou) oserait mettre le nez dans une affaire pareille s’il n’avait pas reçu le feu vert pour simuler une enquête ? Déjà, la Tunisie n’extrade même pas les ressortissants étrangers demandés par la justice de leurs pays qui trouve refuge dans notre pays. Le fera-t-elle avec ses propres ressortissant, surtout qu’ils s’agissent de personnalités intimement liées à la magistrature suprême ?

Supposons un instant que l’affaire poursuive son itinéraire ordinaire et que de la mise en examen on passe à l’inculpation et bien avant même que la condamnation ne commence à mijoter, le procureur français se verra aussitôt retirer l’affaire. Un cas de figure pareil ne sera pas une première dans les annales de la justice française.

Peut on imaginer un seul instant la magistrature suprême de ce pays accepter tout bonnement et volontairement de sacrifier devant l’autel de la justice française deux « offrandes » aussi grassouillettes ? En échange de quoi ? De centrales nucléaires ? De quelques Airbus ? Allons donc, soyons un moins naïfs. Peut-on imaginer un seul instant Sarkozy, quelques jours seulement après un séjour chez nous en fanfare et tout le titoum, donner son aval entier pour l’instruction d’une affaire qui ébranlerait de fond en comble les relations bilatérales entre les deux pays ?

Par ailleurs et à ce que je sache, la révolution n’a pas eu lieu encore à Carthage. Les mêmes têtes continuent à faire la pluie et le beau temps et ce au vu et au su de tous. Quelle folie les auraient piqués pour qu’ils se hasardent dans un pétrin de ce gabarit ?

Les apparences sont trompeuses et dans cette affaire elles le sont encore d’avantage. Cependant, les gens sont tombés dans le piège posé par cette manipulation machiavélique. Ils commencent à oublier Gafsa, le bassin minier, le PDP, l’augmentation des prix, les négociations sociales… et à se préoccuper du sort des Traoré qui eux sont sûrs qu’ils sont intouchables et invulnérables…

ساقيه في الخرى ( حاشاكم) و هو يذن

0 commentaires


De façon générale, la Justice (avec un J majuscule) est symbolisée par une figure de la mythologie grecque : Thémis. Cette dernière, déesse de la justice et conseillère de Zeus, est généralement représentée les yeux bandés, une épée dans la main droite et une balance dans la main gauche. Ces trois détails renvoient à leur tour à des conceptions fondamentales de la Justice. Les yeux bandés traduisent le principe de l’égalité de tous les sujets, quelque soit leur condition, devant la loi. Ce qui revient à dire que la Justice ne fait pas de distinction. Elle ne juge pas sur les apparences mais uniquement sur les faits. L’épée traduit la force, la vigueur et le pouvoir dans le sens où la Justice ne se limite pas à emettre les verdicts mais elle dispose aussi des moyens pour appliquer ces derniers. La balance, enfin, est le symbole par excellence de l’équité et la volonté de rendre à chacun son dû sans préjudice ni partialité.

Dans notre pays, la Justice, en théorie, repose sur ces mêmes principes. Sauf qu’il se trouve que notre Thémis à nous elle n’a pas les yeux bandés. Bien au contraire, ses yeux sont débarrassés de toutes entraves qui puissent gêner sa vue. Notre Thémis à nous peut voir loin, très loin. Trop loin même. Tellement loin qu’elle soufre d’une forme de presbytie aigue.

C’est ainsi par exemple qu’elle peut voir, avec une clarté déconcertante, ce qui se passe dans
les contrées lointaines. Par contre, bien qu’ayant l’épée et la balance dans les mains, ces deux attributs ne lui servent absolument à rien dans ce genre de situation vu que les autres contrées ont leur propre justice et que leur justice à eux est souveraine dans tous les sens du mot.

Bizarrement notre justice (je ne sais pas pourquoi je suis tenté par le j minuscule cette fois-ci), elle n’arrive pas à voir
ce qui se passe devant elle et ce en dépit toutes les opérations chirurgicales qu’elle a subi pour paraître dans ces meilleurs dispositions.

Que retenir de tout cela ? Que la faute n’est peut être pas la notre vu que la mythologie grecque n’est pas dispensée dans les cours scolaires. Notre ignorance totale des mythes explique en quelque sorte non seulement l’état de notre justice mais toute notre façon de vivre en général. Que peut-on faire si la vie est ainsi faite ???

Déjà Vu ???

5 commentaires



Qui a dit que les jours passent mais ne se ressemblent pas ? L’auteur de cet adage ne doit pas être tunisien en tout les cas. Car dans les contrées qui sont les nôtres non seulement les jours passent et se ressemblent mais ils apportent aussi le même lot. Pire. Ils peuvent donner l’impression qu’ils ne passent pas, qu’ils sont figés. A bien regarder, on peut tranquillement prétendre qu’on est bloqué dans une date depuis des décennies sans que cela ne semble gêner quiconque…

Par contre celui qui a dit que l’histoire est un perpétuel recommencement, lui s’il n’est pas tunisien il aurait sûrement fait un séjour du coté de ce bled pour s’inspirer et émettre un telle sentence.

Où voudrais-je en venir avec de tels propos ? A nulle part pour être sincère. Mais en parcourant le torchon « Achourouk » (oui encore une fois) je suis tombé sur une pépite qui m’a laissé carrément sur les fesses.

Vous rappelez-vous d’un certain Mohamed Sayah ? C’est un ancien ministre qui, entre autres casquettes qu’il avait dans son bagage, s’était forgé la réputation d’être l’historien ou, meilleur dit, « l’hagiographe » de l’Ancien Combattant. A chaque fois, qu’il sentait une menace sur le point de mettre son existence politique en péril, il sortait un objet anodin qui selon ses dires aurait été utilisé par Bourguiba lors de tel ou tel événement. C’est ainsi qu’on a eu droit à des stylos, des lettres… et même une chlaque (une seule et non la paire) que l’ancien combattant aurait mise lors de la traversée clandestine du désert, fuyant la répression du colon, pour atteindre le territoire libyen…

Pour revenir un peu à mon histoire initiale je disais donc que le journal « Achourouk » dans son édition d’aujourd’hui, a publié un article stupéfiant. Je dirais déroutant de par son contenu. Le sujet dudit article et un peu dans le même style des trouvailles que faisait Sayah dans les années 60 et 70, mais moins terre-à-terre. De quoi il s’agit au fait ? C’est un monsieur de Hammam Sousse qui s’est découvert des dons d’archéologue en ayant déniché un document d’une valeur historique édifiante et insolite. Un document qui nous apprend à quel point on est à coté de la plaque.

Je lisais l’article tout en ayant l’impression que je suis devant une expérience de « déjà vu ». J’espère que les similitudes s’arrêteront là car, autrement, je ne sais pas si Sidi Mahrez aura le courage et surtout l’envie de protéger sa ville et son pays pour la énième fois.

Le mal est déjà fait

6 commentaires


A l’initiative de la ISESCO (Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture), notre capitale abrite depuis le 8 mai une réunion d’experts pour étudier les moyens susceptibles d’exploiter les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour corriger l’image erronée de l’Islam.

A tous ces messieurs, dont personne ne peut douter de leur volonté, ni de leur sincérité et encore moins des sacrifices qu’ils ne cessent de consentir, nous voulons leur manifester ici notre gratitude et surtout leur dire que, vu qu’ils sont dont un pays touristique, il serait mieux qu’ils ne se fatiguent pas trop et qu’ils profitent de leur séjour parmi nous pour se détendre et prendre leur part de repos. Car au sujet de l’Islam et de son image, « Al Qaida & Co. » s’est chargé déjà du boulot et elle l’a fait superbement bien. Cette tache à été accompli depuis une belle lurette et « Al Qaida & Co. », l’organisation benladenienne pour l’Education, les Sciences et la Culture, a commencé depuis des lustres à récolter les fruits de son immense action.

A malin, malin et demi

5 commentaires


Il semblerait que les chaînes de grande distribution locales procéderaient à des pratiques peu scrupuleuses envers leurs fournisseurs. L’autre jour, nous discutions entre amis a propos de tout et de rien lorsque l’un des présents a rapporté le fait suivant. Il a affirmé qu’en demandant le payement d’arriérées, s’élevant à quelque 100 milles dinars, à l’un des hypermarchés de la place, un grossiste d’un produit, s’est vu « invités » par ses redevables à effacer l’équivalent de 30 % de ces arriérées, s’il veut continuer à collaborer avec l’enseigne. Aussi incroyable que cela puisse paraître le commerçant manifesta une disposition à se soumettre à cette « invitation » mais pria ses interlocuteurs de faire ponctionner « la remise » sur les futures commandes. La réponse de ses interlocuteurs fut plus insolente que la condition de paiement imposée. Le fournisseur s’est vu infligé un « niet » catégorique. La remise devait se faire immédiatement. C’était à prendre ou à laisser. Et « à laisser » dans ce cas aurait signifier risquer de perdre non seulement les 30% « confisqués » mais se faire soulager de toute la somme due. Le malheureux héros malgré lui se résigna à faire face à la situation avec beaucoup de tact et de bonne volonté en acceptant de baisser son froc dans l’attente de jours meilleurs.

Il semblerait (explication à prendre avec beaucoup de réserve) que l’objectif inavouable d’une telle pratique serait de pousser en premier lieu le fournisseur vers la faillite. En deuxième phase, les dirigeants de ces grandes surfaces pourraient faire valoir la clause « produit inexistant sur le marché local » pour procéder à l’importer à des prix dérisoires de l’étranger…

Astucieux comme procédé n’est ce pas ? Mais le revers de la médaille risque d’être catastrophique car en agissant ainsi c’est l’économie du pays qui ne tardera pas à encaisser un sacré coup. Je vous avoue que lorsque j’ai entendu cette anecdote je suis resté perplexe ne sachant que dire. Espérons qu’il ne s’agit là que d’une histoire de potins sans fondement ni lendemain.

Le bouffon du Roi

5 commentaires

Le quotidien “Le temps” a publié, dans son numéro de ce dimanche 5 mai, une longue interview accordée par le Secrétaire Général du Parti des Verts pour le Progrès, le PVP, Mongi Khammassi.

Ce dernier s’est offusqué, que dis-je ? Monsieur s’est carrément vexé du label « Parti de décor » attribué à son parti. Par souci d’équité, par envie de rendre justice et par nécessité de laver cet affront, il me semble fondamental, indiscutable voire même inévitable de rendre à César ce qui est à César. Bellahi ya Si Khammassi, ma ta5ouch fi 5atrik, le PVP n’est pas un parti de décor vous avez raison de le crier haut et fort. Le PVP est un parti « fictif ». Voila, maintenant le PVP a été réhabilité dans ses droits et gare à celui qui osera contredire ou récidiver avec ces mensonges rahou sil Khammassi s3ib.