Un monde sans frontières

A défaut d’être un globe-trotter, non seulement pour des raisons d’argent mais aussi pour des raisons de temps, je me suis converti en blog-trotter. C’est une façon plus intime et surtout plus commode pour faire des découvertes à son rythme et à sa guise. Comme premiers voyages cybernétiques j’ai décidé de ne pas trop m’éloigner. J’ai commencé à rendre des visites de courtoisie aux blogs de nos amis marocains et algériens (pas aussi nombreux les deuxièmes, il faut dire). Puis ce fut au tour des égyptiens et des libanais que j’ai eu le plaisir de découvrir grâce à des posts rédigés par des bloggueurs tunisiens (merci zizou from Djerba, entre autres). En lisant ce qu’écrivent ces bloggueurs et à travers les photos et reportages qu’ils publient j’ai eu la chance de découvrir des aspects non soupçonnés des pays d’origines de ces derniers (ahlou makkatou adra bi chi3abiha, dirait le célèbre proverbe). Apres je me suis dit que j’ai étudié et je parle l’espagnol, l’anglais et l’italien. Alors j’ai commencé à visiter les blogs des pays parlant ces langues. Au début c’était divertissant. Je m’amusais à laisser un petit commentaire par ci une vanne par là. Et puis je me suis rendu compte que les bloggueurs, qu’ils soient tunisiens, magrébins, africains, arabes, latino-américains, européens ou autres, en fin de compte, ils ont tous les mêmes soucies, la même hantise. Les questions qu’ils se posent sont identiques. C’est vrai que la perception peut changer, mais tous abordent les mêmes sujets avec les mêmes interrogations. L’amour, l’amitié, le sexe, la religion, la politique, la mort, la famille… sont les thèmes qui reviennent assez souvent et que les bloggueurs arabophones, francophones, anglophones et même les bloggueurs lusophones, germanophones…, je suppose même si je n’ai pas eu la chance de comprendre entièrement ce qu’ils disent, abordent systématiquement au moins une fois dans leurs écrits. Ce qui fait que la conclusion à laquelle on peut arrivé à la fin c’est qu’on a beau être blanc, noir, arabe ou autre, nos interrogations sont les mêmes. Nous partageons les mêmes inquiétudes et nous nous réjouissons des mêmes bonheurs. Les frontières géographiques, culturelles, identitaires, psychologiques et autres… qui nous séparent deviennent invraisemblablement artificielles. Alors, arrivé à ce point il devient légitime qu’une question se pose, ou plutôt s’impose : Si c’est vrai que les hommes et les femmes éparpillés dans les quatre coins du monde partagent les mêmes sentiments, les mêmes inquiétudes et les mêmes ambitions… alors pourquoi cet abîme, ce gouffre qui fait que lorsqu’on regarde ou en sont les relations entre les différentes nations on a l’impression que c’est la cacophonie ? Pourquoi ceux qui se prennent pour nos porte-paroles s’évertuent à montrer qu’on est différent alors que la réalité les contredit ? Il est indéniable qu’à travers la télévision les choses semblent moins évidentes. Il y a des peuples plus « développés » que les autres. Ils y a des nations qui disposent de moyens que beaucoup d’autres non pas. Mais, humainement parlant, nous parlons le même langage même si nous ne parlons pas forcément la même langue. Alors ce monde qu’on ne cesse de nous présenté comme un future « village » ne risque-t-il pas de le devenir réellement si d’avantage de personnes se mettent à lire les bloggueurs ou autres cyberacteurs qui eux parlent sincèrement de leur vie et de leur pays et ne se préoccupent point de la version officielle que veulent imposer les institutions officielles de leurs « patries » ? Peut être que là résident les solutions anti Schengen et la réponse aux autres formes de protectionnisme suscités par la peur et l’ignorance de l’autre.

4 commentaires:

Slaim a dit…

Excellent post mon ami! Je decouvre ton joli blog!

elgreco a dit…

blog-voyager est déjà un grand et beau voyage amigo!

Keep going!

samsoum a dit…

Eh oui, on a tous plus ou moins les mêmes aspirations et les mêmes buts dans la vie independament de la langue, histoire, culture, race, sexe ou religion. On est tous fait pareils, on a un cerveau qui pense et nous mènent a adopter des valeurs universelles qui sont tellement évidentes, mais et il y a toujours un "mais", mais il y a des pensées parasites qui ont généralement beaucoup d'effet si elles émanent de personnes qui sont supposées nous représenter et qui décident pour nous, et parfois tout un pays est ou région est juge a travers ces pensées parasites a cause de leur grande visibilité. On est mal représenté, et parfois c'est une catastrophe. C'est vrai à travers l'histoire de l’humanité, et a les grandes civilisations qui se sont succédées. Hélas, c'est la réalité de ce système de gouvernements et états.
Keep traveling through the blogs my friend, and thanks for this nice post.

Heliodore a dit…

Ben oui ! Pourquoi veux tu qu'ils soient différent ?