ghib ya 9it al3ab ya far

Tout le monde se rappelle sûrement de la décision prise il y a quelque temps de cela concernant la « libération » du stationnement des voitures dans la ville de Tunis. Plus de parcmètres, plus de sabots et plus de grues d’enlèvement… Se voulant une mesure flexible pour permettre aux gens de vaquer à leurs affaires et courses urgentes sans subir le stress du sabot ou de la fourrière, cette dernière n’a pas tarder à être vicier et à donner libre cours à un phénomène de stationnement chaotique et acrobatique et à des situations plus saugrenues qu’infernales (des stationnements en deuxième et même en troisième et quatrième position sont devenu une chose courante et banale). Comme quoi il suffit de peu de liberté pour que le tunisien fasse montre de tout son génie « balbazique » (je sais, il y a des mots en français qui peuvent dire la même chose mais je trouve celui-ci plus expressif, plus musicale et surtout plus adapté à nous). Eh bien, à partir de maintenant, tout cela va faire partie du passé. Fini les stationnements en vrac, en longueur et en largeur…, fini « l’occupation » des trottoirs, fini le banditisme des chauffeurs et des chauffards…. A partir de maintenant tout le monde a intérêt à bien garer son véhicule dans les zones aménagées pour car au cas contraire c’est la fourrière directement. Il n’y aura pas de passage par la case « sabot ». C’est trente dinars sonnantes ou rien à nous de faire le bon calcul. Franchement, cette mesure va sûrement léser quelques uns (je pense surtout aux personnes qui, pour des raisons de santé ou d’age, n’ont pas la capacité de laisser leurs voitures dans un parking pour marcher trois ou quatre cents mètres), mais je trouve qu’elle est un mal nécessaire.

2 commentaires:

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Ah le grand dilemme entre liberté et autorité
Ne t’en fais pas nous français somme les mêmes,
On geulle contre l’autorité, mais des que nous avons un peu de liberté on en profite pour abuser, et cela devient pire qu’avant et nous réclamons de l’autorité
C’est je crois le lot de l’humanité toute entière
Sans doute certains despotes ont-ils pensé que l’homme ne méritait que peu de liberté et qu’on peut faire son bonheur contre son gré
Mais ou se situe le juste milieu
Patrick

elgreco a dit…

Bravo pour ce Post!

T'es en plein dans le mille mon ami

Keep going!