Gad et La presse de Tunisie


Mme Samira Dami est sans doute aucune l’une des meilleurs critiques que compte le paysage de la presse écrite tunisien (bien qu’en réalité les critiques littéraires et artistiques en Tunisie ne sont pas aussi nombreux qu’on ne le pense et qu’une grande partie de ceux qui exercent se métier s’improvisent comme tel sans l’être vraiment). Cette grande dame qui jouie du respect de tous ces lecteurs a publié une note sur Gad et sur son spectacle présenté au festival de Carthage d’une sévérité surprenante au grand daim de la majorité des gens qui l’ont lu. Son article avait des apparences d’un règlement de compte dans les plus strictes règles de l’art plus qu’une critique objective du spectacle et des aptitudes artistiques et humoristiques de Gad. En lisant l’article, publié sur « La Presse » de ce jeudi 9 aout, on a eu, ou plus exactement, j’ai eu l’impression que Mme Dami a fait du cas Gad une affaire personnelle tellement le ton était à l’agression et avait des allures d’une chasse à l’homme. Franchement, je lisais l’article et j’avais la sensation d’être devant un abattoir, un massacre à la tronçonneuse, ce n’était pas un exercice de critique mais un vrai procès.
Je dois reconnaître que je ne suis pas un spécialiste pour pouvoir juger les prestations artistiques de Gad mais je ne crois pas qu’il ait put drainer 12000 spectateurs et encore plus qui sont restés sur le faim rien que parce que ce dernier est charmant. Le coté charme a surement aidé Gad à faire son chemin dans le showbiz mais je ne crois pas qu’il a mérité la place qu’il occupe que grâce à cela… Pour finir je voudrais signaler deux choses : Mme Dami a été récemment décorée. J’espère que son article ou plus exactement son attaque frontale contre Gad n’a rien à avoir avec cette distinction ; car si elle se sent redevable de quelque chose envers son « bienfaiteur », en lynchant Gad elle s’est trompée de cible… La deuxième remarque se réfère au titre choisi par les critiques de « La Presse » pour couvrir le spectacle de Gad : Des kamias on n’est pas sorti, repris par Mme Dami. Ce titre en lui-même est révélateur de la nature de culture qui distingue nos critiques…

9 commentaires:

TUNISIENDOCTOR a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
TUNISIENDOCTOR a dit…

hors sujets mais ca parle de gad

Leila a dit…

Personnellement, je trouve que Gad a arnaqué le public de Carthage. Pour sa tournée 2007-2008, il est en train de présenter son nouveau spectacle "Papa est en haut". Arrivé en Tunisie, il a préféré comme l'a bien dit la dame, de reconter des kamia et se baser sur l'improvisation.
Je ne vois aucune attaque ou règlement de compte dans cet article que je trouve d'ailleurs très objectif.

Leila a dit…

Je n'aime pas les gens qui oublient d'où ils viennent. Il commence à avoir la grosse tête alors que Ras mélou houa le public.Voici un lien intéressant de gens qui ont assisté à la macarade:

http://gad-elmaleh.info/nouveautes/gad-elmaleh-je-veux-m-excuser/

Et ceci est le lien de la vidéo ou il annule son spectacle en plein public après les 1h30 de retard:

http://www.dailymotion.com/relevance/search/gad+%C3%A0+St+raphael/video/x2q5bl_gad-elmaleh-annule-son-spectacle_people

Les gens croyaient que c'était une blague !!!

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour
je ne comprends pas l'atitude de "gad" cela ne lui ressemble pas,du moins en france
aurai il moins de respect por le public tunisien que celui de france?
patrick

Anonyme a dit…

GAD machin est un VRP sioniste, et 12000 spectateurs à Carthage ne prouvent rien, même un âne peut faire le plein à Carthage, tellement le sens critique des tunisiens est du niveau du QI des méduses,ils sont conditionnés par l'arbitraire et la violence, par la démagogie et la propagende d'un pouvoir maffieux, ils sont en manque de tout, alors ils consomment en conséquence....plutôt la quantité en tout, la qualité c'est juste pour les peuples libres.Biju

Anonyme a dit…

PERSONNALITÉS engagées et militantes


De l’Appel national pour la Tsédaka à S.O.S Racisme et Urgence Darfour, intellectuels et artistes sont de plus en plus nombreux à mettre leur image au service des associations.
Par Rébecca Assoun



Gala au profit de l’association d’aide aux handicapés, J’Interviendrais, animé par Gad Elmaleh et Michaël Youn.
Gala au profit de l’association d’aide aux handicapés, J’Interviendrais, animé par Gad Elmaleh et Michaël Youn.
Derrière la porte d’un local à Saint-Denis, des rires et des cris d’enfants. Au milieu du groupe, Gad Elmaleh chahute avec eux. « Comment on devient acteur ? » lui demande David. « Tu regardes la caméra et tu fais ton show ! » répond-il, avec force mimiques, déclenchant une nouvelle salve de hurlements. Les jeunes se serrent autour de lui, peut-être de manière un peu plus pressante qu’à l’ordinaire. Pour ceux que l’on nomme ici les « enfants du silence », sa présence a davantage de poids qu’ailleurs. L’humoriste s’est engagé depuis 1999 dans un rôle inédit, celui de parrain de plusieurs dizaines d’enfants autistes. Créée en novembre 1996 et dirigée par Stéphane Bénamou, le Silence des Justes est la seule association juive pour enfants autistes et psychotiques. « À mes yeux, ce sont des Justes, explique-t-il. La parole peut être une arme fatale. Eux ne feront jamais de mal avec les mots, ils sont purs. » Gad Elmaleh a été très touché par le travail de l’association. « J’y suis d’autant plus sensible que le fils de l’une de mes amies est autiste. J’ai voulu mettre ma notoriété à profit pour aider ces enfants. J’aime être avec eux. » Loin d’être une simple « vitrine », Gad Elmaleh se bat chaque jour sur le terrain. « C’est une mitsva. Je soutiendrai toujours l’association dans les moments difficiles. » Pour clore le budget annuel, il organise chaque année un spectacle, auquel il convie ses amis. Arthur, Dany Brillant et Jennifer se sont déjà produits sur scène.

Une recette : les soirées
Jocelyne Sznabel est la directrice des Amis de Meir Panim. Créée en 2000, l’association vient en aide aux défavorisés en Israël, essentiellement des enfants. « Dans la communauté, la particularité est le réseau », remarque-t-elle. Un atout important pour des associations nombreuses et isolées. « La popularité et les contacts des personnalités qui nous soutiennent permettent de mobiliser les gens, reconnaît Jocelyne Sznabel. Notre parrain, Dany Boon, s’investit beaucoup. » Cette année, pour la cinquième édition des Amis de Meir Panim, le Zénith de Paris s’est empli des rires de cinq mille personnes. « Je suis ravie de voir ce petit monde des célébrités s’activer. C’est un appel du coeur, un réveil. Notre rêve serait un concert à l’image de celui des Restos du coeur. » En effet, bien souvent, c’est par le biais de concerts, dont ils reversent une part des recettes, que les artistes récoltent des fonds. On ne compte plus le nombre de causes défendues en musique et en spectacles.
Gad Elmaleh
Gad Elmaleh
Pour la Campagne de la tsédaka, le FSJU et l’AUJF sillonnent la France avec des concerts devenus happenings. Après Rika Zaraï, Arthur a repris le flambeau l’année dernière. Il est parvenu à rassembler une dizaine de ses amis pour alerter sur la pauvreté dans la communauté. Le spectacle a permis de récueillir plus de cent quarante mille euros. « Quand on a la chance de connaître la réussite, il faut tendre la main à ceux qui sont confrontés aux drames de la vie, être à leur écoute. C’est un devoir de donner de l’argent et de son temps », confie Arthur. Pour un Juif, c’est même une obligation morale. « Les Juifs ont le devoir du maacer : donner 10 % de ce qu’ils gagnent à la tsédaka », rappelle Dan Ferrand-Bechmann, professeur à l’université de Paris-VIII et présidente de l’Association française de sociologie. Elle précise aussi que ce phénomène de bénévolat des célébrités, ou « variété humanitaire », a commencé en 1985 outre-Atlantique, lorsque Michael Jackson réunit une pléiade de stars, dont Bob Dylan et Ray Charles, en faveur de la lutte contre la faim en Afrique. Le tube We are the World permettra de collecter soixante millions de dollars. La même année, en France, Renaud et Coluche initient le mouvement.
Marek Halter
Marek Halter
Le premier crée Chanteurs sans frontières pour l’Éthiopie. En quatre mois, deux millions de 45-tours sont vendus au profit de Médecins sans frontières. Coluche, de son côté, met sur pied les Restaurants du coeur, dont Jean-Jacques Goldman en compose la chanson-culte. « Je ne pensais pas que cette “starisation“ s’installerait en France, que des célébrités pourraient influencer les dons. Mais les gens s’identifient à ces stars-ombrelles d’associations », constate Dan Ferrand Bechman. Ce soutien des artistes concourt aussi à leur carrière. « Ils ne vendent plus leur image uniquement sur leur fortune et leur réussite. Ils se mettent aussi en valeur au travers de leur générosité. Le parrainage sert ainsi autant les associations que ceux qui s’engagent. » Un consensus qui arrange tout le monde car les associations ont beaucoup de difficultés à exister. La générosité des Français, hormis les grandes catastrophes comme le tsunami en 2004, a du mal à « décoller ». En effet, selon un sondage de la Fondation de France, l’organisme qui collecte et gère les dons en faveur d’actions dans tous les domaines, 45 % des personnes interrogées mi-2004 ont déclaré n’avoir jamais fait aucun don.

Pour une notoriété « utile »
De l’engagement au militantisme, il n’y a qu’un pas, qu’a franchi Marek Halter il y a quarante ans. Ses combats ont fait sa réputation autant que ses livres. Peintre et écrivain de renom, il est aussi un intellectuel engagé qui se consacre à la défense des droits de l’homme. À l’origine des premières rencontres entre Israéliens et Palestiniens, il fonde en 1967 le Comité international pour la paix négociée au Proche-Orient. « Je n’ai jamais quitté la barricade. J’ai discuté avec Nasser, Hosni Moubarak, le roi Hussein de Jordanie, mais aussi Yasser Arafat. Je ne suis qu’un simple écrivain, mais j’essaie de provoquer le questionnement. » Plus tard, il ouvre deux universités françaises à Moscou et travaille activement au rapprochement entre la Russie et l’Europe. « Je parle aux uns et aux autres et j’ai ’impression qu’ils m’écoutent. Je ne peux qu’espérer que mes mots susciteront, par exemple chez Poutine, une réaction humaine. » En France, il est l’un des fondateurs de SOS Racisme et joue un rôle décisif dans sa médiatisation. « Être Marek Halter m’aide dans ces combats. Si demain, mes livres ne se vendent plus, si on ne parle plus de moi, ma voix portera moins, c’est certain. » Il appuie aussi le mouvement Ni putes ni soumises, parraine l’association pour la libération d’Ingrid Betancourt et de tous les otages en Colombie, et s’investit pour la paix au Darfour aux côtés de Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann et Richard Berry. « Les débuts n’ont pas été faciles. Les écrivains ou les artistes qui s’occupaient d’autre chose que de leur art étaient mal vus. Mais les mentalités ont changé. Moi, je considère que ma notoriété doit être utile. Ce qui est nouveau, c’est l’utilisation des moyens de communication modernes » Les médias ont besoin d’un événement pour mobiliser et se mobiliser. « Certes, le mécanisme n’est pas juste. Je préférerais que les gens s’intéressent spontanément à ces sujets. Mais ce qui compte, c’est le résultat. » Un avis que ne partage pas Yves Lavoinne, professeur à l’université Robert-Schuman de Strasbourg. À qui profitent ces élans de solidarité à long terme ?, s’interrogent- il. « Difficile de dire si l’artiste sert la cause ou si la cause sert l’artiste. » Le Spectacle des Enfoirés, diffusé chaque année sur TF1, rassemble en moyenne onze millions de téléspectateurs.
Dany Boon
Dany Boon
Le débat qui suit le concert n’en attirent qu’1,5 million, constate le professeur. D’ailleurs, selon un autre sondage de la Fondation de France, à la question de savoir quelle serait la forme de sollicitation susceptible de faire passer les Français à l’acte, la même réponse tombe : grands shows cathodiques, à l’image du Téléthon. Devenues un élément clé du système marketing et publicitaire, les stars mobilisent et font vendre. Les associations l’ont bien compris. « C’est leur façon de tirer leur épingle du jeu. », poursuit Yves Lavoinne. Une « starisation » que refuse radicalement Gil Taïeb, président de l’ABSI, Association pour le bien-être du soldat israélien. « En choisissant notre marraine, nous n’avons pas voulu céder au diktat de la mode, de l’image ou de la “peopolisation”. » Depuis les débuts, Rika Zaraï est présidente d’honneur. Selon elle, « chaque Juif doit faire quelque chose pour Israël, que l’on soit laïque, religieux, de gauche, de droite… Ces variantes de nos sensibilités ne doivent pas entamer notre soutien ou notre loyauté ». À une période difficile pour l’ABSI, Rika Zaraï est l’une des rares personnalités à assumer son rôle dans une association positionnée en dehors du « classique bien-pensant ». « En France, il est mal venu de soutenir une armée, rappelle Gil Taieb, mais elle nous a toujours défendus. » Au risque parfois de mettre sa popularité en péril, comme il y a quelques années. « Certains médias l’avaient complètement boycottée. » Mais Rika Zaraï ne se laisse pas décourager. Elle privilégie le dialogue et raconte son histoire. « Beaucoup de gens sont méfiants, et quelques-uns me provoquent. Il y a six mois, alors que j’étais sur les Champs Élysées, j’ai été prise à partie par un groupe de jeunes. Je leur ai expliqué le travail de l’association. Ils sont repartis avec le sourire et, je l’espère, une opinion différente sur Tsahal. » Les « ambassadeurs » d’Israël sont nombreux parmi les artistes juifs. Enrico Macias a reçu un prix pour son soutien à l’action de Migdal au profit des soldats du Magav, la police des frontières. L’association est connue pour ses opérations en faveur des soldats de Tsahal ou des victimes du terrorisme. Elle est la représentante officielle des magav en France. Pour le chanteur, « il faut bien sûr aider les pauvres, mais avant tout les soldats, car ils gardent non seulement les frontières d’Israël, mais aussi toutes celles du peuple juif dans le monde entier. Je ne suis pourtant pas militariste, mais eux, ils sont comme le bouclier de David ». Au-delà de la controverse ranimée par intermittence par des organisations qui cherchent à faire interdire tout soutien à Tsahal en France, Rika Zaraï et Enrico Macias vont jusqu’au bout de leur engagement. Parce qu’il touche à ce qu’ils ont de plus profond, leurs racines.
R.
****************
C'est le tristement célébre comité du bétar, le fameux comité pour le bien-être du soldat israilien.
c'est dans tribune juive, mais bon l'engagement sioniste de GAD n'est un secret pour personne, juif comme musulman ou boudhiste ne veulent rien dire pour moi, mais sioniste c'est un autre probléme, c'est de l'iséologie extrémiste, c'est comme stalinien, nazi , c'est comme l'apartheid, et le notion de peuple élu, cela me fait vomir, il te faudrait lire le pére fondateur du sionisme, THEODORE HERZL, "l'état juif" , c'est vraiment MEIN KAMPFT .Ceci dit, je m'excuse du retard de ma réponse, les examens cette anée, ce n'est pas de la tarte.Crois moi ce n'est pas pour te jeter des fleurs, ton blog est génial, et vraiment j'adore ton style d'écriture.Amicalement.Biju

Anonyme a dit…

http://tunisie-harakati.mylivepage.com
Gad devrait avoir honte du comportement qu'il a eu à Carthage. Il n'a pas eu de respect pour le peuple tunisien, il n'a aucune classe. Il faudrait tout simplement ne plus l'inviter à faire ses présumés spectacles.

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Anonyme a dit…

After getting more than 10000 visitors/day to my website I thought your je-peux-dire-une-connerie.blogspot.com website also need unstoppable flow of traffic...

Use this BRAND NEW software and get all the traffic for your website you will ever need ...

= = > > http://get-massive-autopilot-traffic.com

In testing phase it generated 867,981 visitors and $540,340.

Then another $86,299.13 in 90 days to be exact. That's $958.88 a
day!!

And all it took was 10 minutes to set up and run.

But how does it work??

You just configure the system, click the mouse button a few
times, activate the software, copy and paste a few links and
you're done!!

Click the link BELOW as you're about to witness a software that
could be a MAJOR turning point to your success.

= = > > http://get-massive-autopilot-traffic.com