Tolérance Zero


Fait exceptionnel chez les bloggueurs tunisiens. Certains posts peuvent susciter des réactions enchaînées. C’est assez insolite comme phénomène. Un post peut facilement dépassé les quarante commentaires alors qu’ailleurs dans les autres blogosphères celui qui arrive à additionner 20 commentaires (fait avéré) est considéré comme un roi (Bouh Bey comme on dit chez nous). Vous me diriez certainement que c’est là une preuve du dynamisme des bloggueurs tunisiens et que s’il y a autant de enthousiasme c’est tant mieux : cela est un signe de la vitalité de cette blogosphère. J’aurais aimé partager cet avis. Sauf que, si on examine de près les posts tunisiens qui ont recueilli plus de 40 posts on finira par se poser pas mal de questions sur le degré de tolérance chez les bloggueurs tunisiens. En effet, les posts qui ont pu surpasser les 40 commentaires se comptent sur les bouts des doigts de la main et tous se distinguent par leur caractère polémique et donc par leur propension à susciter des avis différents, des appréciations différentes ou à générer tout simplement des nuances. Jusqu'à ici il n’y a pas de mal. Mais lorsque le « débat » dégénère en insultes c’est là que les choses commencent à tourner mal. Etant arrivé depuis très peu de temps à cette blogosphère, je vais me limiter à citer deux cas qui ont retenu mon attention. J’espère avoir évoqué ce sujet avec suffisamment de recul pour que les concernés, s’ils lisent ce spot, puissent se rendre compte que parfois il vaut mieux ne pas dire ce que l’on ressente au moment même ou on le ressent vu que, sous l’impulsivité, on est capable de faire sortir des choses qu’on regrettera par la suite. Le premier incident que j’aimerais évoqué est celui d’une jeune bloggueuse, très jeune je dirais même, qui ne fait que commencer l’apprentissage de la vie, qui a eu l’outrecuidance de poster un commentaire où, inconsciemment et naïvement je suppose, elle a agressé gratuitement et sans raison un homme qui avait commis comme seul crime celui d’être juif et patron d’un restaurant. Croyant exprimer ses « principes » elle a manifestement confondu militantisme en faveur d’une cause et l’expression d’un avis personnel. Personne ne peut dire que la gamine a commit une bourde, mais de là à réagir avec autant de violence à son encontre pour défendre le cas de ce monsieur m’a paru une réaction assez excessive. La scène a tourné carrément en une forme de lynchage cybernétique. Chacun y mettait du sien (zid el ma2 zid 2d9i9). Les ripostes étaient d’une violence et d’une véhémence inouïe. Et pourtant le concerné en personne a été plus intelligent, plus diplomate et surtout plus pédagogue que ses propres « avocats ». Dans une réponse cinglante, certes pleine d’ironie (absolument légitime), le monsieur s’est comporter comme un vrai gentleman allant jusqu’à inviter son "agresseur" à venir dîner gratuitement dans son restaurant. Dans sa réponse il y avait une vraie leçon de tolérance qui est passée malheureusement inaperçue.
Le deuxième cas est celui d’un autre bloggueur qui, je le reconnais, a agit en tant qu’agitateur cherchant la polémique. Il a eu l’idée, pour ne pas dire le culot, de dire haut et fort qu’il est contre l’apparition d’un blog se réclamant publiquement homosexuel. Ce bloggueur à beau expliquer qu’il n’a rien contre les homosexuels et que sa démarche consiste tout simplement à dire que les orientations sexuelles de tout un chacun doivent rester du ressort de la vie intime, il n’a pu échappé aux insultes de toutes sortes. Cela a donné un spectacle désolant. Il s’est avéré que le mêmes gens qui réclament la fin de la dictature politique et appellent à la liberté et à la démocratie sont eux-mêmes la proie d’une dictature intellectuelle : ceux qui sont de mon avis sont mes amis et ceux qui ne le sont pas ne sont pas mes amis. Ce genre de raisonnement me rappelle quelqu’un qui a foutu la merde dans le monde…
A bon entendeur salut.

5 commentaires:

Hamadi a dit…

A l'image du peuple. Nous sommes pleins de contradictions, des conservateurs mais on se veut moderne :p, fiéres de nos origines mais on veut les changer, on importe de l'étranger le bien et le mal, on veut être différent mais on se connait pas assez et/ou on connait pas où on veut aller.

C'est nous, Si on change ca ne sera peut être plus nous.

erana a dit…

nous avons malheureusement tendance a vouloir imposer nos avis!!
je ne vois pas pq nous devons tous avoir des avis conformistes!!
pq nous devons tous adherer a un avis et pas un autre?
le meilleur ne serait il pas d'exprimer chacun son avis et de respecter ceux des autres tout simplement sans chercher a modeliser!!
nous devons juste apprendre a nous ecouter, a echanger c la clé!!

Mariem de Paris a dit…

J'aime bien "chercher à modéliser" :-) car c'est exactement cela !! le tunisien est formaté pour fonctionner sous la bannière de prototypes aussi bien dans ses habits, dans ses lieux de sortie, dans le choix de ses études, de son ou sa partenaire de vie....etkharjou mel 9aaleb ydoukh fi amrou !! enness elkol chedda essekka, welli yokhroj 7atta cha3ra........mayloum ken nafsouuuu !!
Bon, la solution est juste de tenir tête et de faire toujours ce dont on est convaincu, il faut un minimum de passage en force pour parvenir à vivre plus ou moins épanoui dans notre société...
Par ailleurs, je viens de découvrir ce blog il y a qq jours, et je le trouve plutôt sympa, j'ai adoré le post sur Mohamed Arkoun, très intéressant !!

Takkou a dit…

@ Mariem de Paris : Bienvenue à toi dans les parages et merci pour les compliments. J'espere pouvoir te voir par ici assez souvent.

péché mignon a dit…

ja i remarqué qu avecla plupart des tunisiens pour ne pas dire la toltalité n acceptent un avis differnt ou une idee qutre que la leur si tu penses comme eux la ils t ecoutent et apprecient sinon gare a toi et on peut meme te tariter de fou de rebelle d extarvagant