Ça n'arrive pas qu'aux autres

Suite à mon post sur le harcèlement sexuel dans les moyens de transports en commun, j’ai eu le privilège de recevoir un témoignage qui, à mon avis, ne peut pas laisser insensible ou indifférent. J’ai estimé qu’il serait dommage que ce témoignage passe inaperçu en restant « relégué » dans l’arrière boutique de mon blog (espace commentaires). Donc j’ai décidé de suspendre temporairement le caractère personnel de ce blog et de le rendre un espace public le temps que cela prendra afin de permettre à ce témoignage vrai et sincère d’avoir l’impact et la diffusion qu’il mérite en le publiant dans la page d’accueil. J’espère que ce dernier suscitera un débat constructif et permettra à son auteur de recevoir des manifestations de solidarité. Avant toute chose, je voudrais préciser que l’histoire de la fille abusée par un quinquagénaire dans le TGM que j’ai raconté dans mon précedent post n’est pas une fiction. Il est vrai que j’ai agrémenté le récit avec quelques éléments fictifs, mais l’incident à bel et bien eu tel que je l’ai relaté. Je voudrais aussi exprimer à l’auteur de ce témoignage toute ma solidarité et de trouver ci présent l’expression de ma gratitude pour m’avoir autorisé à publier son texte. Voila, je ne vais pas traîner encore plus et je vous laisse lire le témoignage : Je (…) vais intervenir anonymement car je vais témoigner en tant que victime de ce genre de comportements révoltants et inexcusables. L’histoire m'a "dérangée" parce qu’elle m'a rappelé non une mais DES expériences semblables que j'ai subies !
La première fois, j’avais onze ou douze ans et je me rappelle très bien, j’étais avec ma sœur, à l’entrée du Ciné Jemil pour voir « 3asfour issta7 ». Il y avait grande foule et on était tous serrés les uns contre les autres. Un certain moment, j’ai senti derrière moi un contact bizarre, j’ai mis cela, au début, sur le compte de la bousculade et de la grande proximité qu’il y avait entre les uns et les autres, mais le geste a commencé à se préciser pour devenir insistant, je me suis retourné, et j’ai trouvé, moi aussi, un homme d’un certain âge… que faire ? J’ai essayé tant bien que mal, incrédule encore, de me pousser, d’échapper, impossible ! J’ai commencé à angoisser, à avoir des sueurs froides, je me suis retournée plusieurs fois le fusillant du regard pour qu’il arrête !! Il le faisait pendant quelques secondes ensuite il retournait à la charge !! Et le pire !! Le pire de tout !! C’est qu’il t’est impossible de dire un mot ! J’étais paralysée !vous n’imaginer pas combien il est difficile pour un enfant de s’adresser à un homme si âgé, si grand, si impressionnant, pour l’accuser d’une voix frêle et lui demander d’arrêter ! La honte !! Devant tout le monde en plus et un sujet si tabou !!! C’est en étant plus âgée et avec du recul que j’ai pu analyser ma situation mais à ce moment là vous savez quel sentiment m’accablait, à part la colère et le désarroi? La culpabilité ! J’étais victime et je me sentais fautive !! Mais heureusement, j’ai été sauvée par ma sœur, âgée de quatre ans plus que moi, qui soudain s’est mise à crier « mais ça va pas non ? Enlève tes sales pattes !! » Elle ne le disait pas pour moi mais pour elle… car le sale pervers, rassuré par mon silence, a voulu s’essayer à ma sœur aussi !!! Ah oui !! Elle l’avait bien remis à sa place !! Ça c’était le premier sauvetage. Le deuxième c’est que voyant que ma sœur a vécu la même chose, j’ai été plus à l’aise pour en discuter avec elle ce qui était une sorte de thérapie qui m’a permis de surmonter cette mauvaise expérience !
Mais cette expérience m’a servie. Car quand cela s’est renouvelé, deux ou trois autres fois, dans le bus, (eh ! oui ! à croire que tous les tunisiens sont pervers) quand j’allais au lycée et ensuite à la fac, je peux vous dire qu’à la première seconde je leur explosais à la figure (n’marmid bih il 9a3) et c’est moi heureusement qui réussissait à les faire descendre du bus et non pas le contraire !!! Et contrairement à « l’histoire de la fille du récit », les gens me soutenaient ou se taisaient mais jamais ils n’ont remis en doute mes accusations. On va dire que j’ai eu de la chance !!! ;) Quelle chance hein !!
Voilà, (…) je voulais vraiment que les gens prennent conscience que « ce genre » d’histoire n’est pas une fiction et que c’est la pure réalité. D’ailleurs, je peux vous dire qu’il n’y a pas une fille qui n’a pas subi cela (à différentes échelles) au moins une fois dans sa vie !!!
Donc les filles n’ayez pas honte et réagissez !!

7 commentaires:

kmaira a dit…

Salut, Ben voilà que c'est vraie ya pas une filles qui n'a pas vécu cela...et le pire comme elle l'a si bien décris que tu ne peux pas hurler par peur et par timidité...et en contre partie l'autre le prend pour un encouragement...De nos jours l'harcelement s'est développé encore et encore il ne se contente plus de ça mais des fois on voit ce qu'on a pas envie de voir librement sans façon (au métro pour préciser) ou tout simplement dans la rue

Massir a dit…

Moi aussi, je confirme.
A un moment ou un autre, chaque fille ou femme a eu à subir ce genre de harcèlement.

Ce qui peut sembler bizarre, c'est que ces hommes semblent être de parfaits hommes ordinaires, équilibrés, pères de familles...

On pourrait croire que c'est de la frustration sexuelle.

Mais, je pense que c'est pire que cela.

Laura a dit…

Bonjour,
merci d'avoir mis ce témoignage de façon a ce qu'il soit visible par tous
je l'avais lu hier en commentaire
et de nouveau aujourd'hui,

je peux dire que tout cela m'écoeure profondément

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour
bravo takkou, et bravo a la presonne qui temoigne
je ne trouve pas de mot pour decrire mon indignation
alors juste pour vous dire de continuer a combattre vous n'etes pas seul(e)s
patrick

Heliodore a dit…

Les jeunes garcons subissent aussi les attouchements des pervers.

Et c'est même pire !

Une fidèle lectrice a dit…

@ Kamaira : je suis contente de voir que le message concernant les sentiments ressentis au moment de l’agression soit bien passé ! Sinon ce dont tu parles, « on voit ce qu'on a pas envie de voir librement sans façon (au métro pour préciser) ou tout simplement dans la rue » n’est pas de l’ordre de l’harcèlement mais d’un rapport consenti entre deux personnes et qui le font en public et sans pudeur…
@ Massir : oui… la perversion se cache derrière la normalité, ce qui la rend plus dangereuse. Il s’agit effectivement de frustration sexuelle, car plus tu prives et plus les désirs se déchaînent… mais ça montre aussi la manière avec laquelle on perçoit la femme, traitée sans aucun respect ni aucune considération : c’est un objet sexuel dont on peut se servir à sa guise !!! Et si tu oses parler c’est toi qui est montrée du doigt comme la fille du TGM : « Coupable jusqu’à la preuve du contraire » !!
@ Laure/Pas à pas se fait notre chemin : il y a de quoi !!!
@ Pas à pas se fait notre chemin : oui il faut vraiment combattre ! il faut commencer d’abord par les victimes pour qu’elles osent parler… rompre le silence et divulguer le secret c’est les premières armes je pense pour commencer à lutter contre ces abus !!
@ Heliodore : oui c’est aussi grave et c’est vrai qu’on en parle beaucoup moins…
@ Takkou : Merci de prendre au sérieux ce sujet et de donner l’occasion à l’opinion d’avoir son idée et de se manifester ! C’est tout à ton honneur et à celui de ton blog !!! thks
une fidèle lectrice

Takkou a dit…

@ une lectrice fidèle : Je n'ai fait que ce que m'a dicté ma conscience. Tu es la bienvenue quand tu veux.