Produit de l'année

Apres la mode des interrogations débiles “9addech”, “3alech”, “kifech”, “wa9tech” et j’en passe. Apres les affiches publicitaires apathiques montrant des points d’interrogation semés à tout bout de champs, des vaches qui broutent dans nul part, des slogans mutilés, des points rouges qui envahissent tous les espaces comme si le pays a attrapé la rougeole… nos communicateur et publicistes ont abandonner, provisoirement je suppose, la stratégie du « suspense » (prononcez le mot à la manière de Gad dans son sketch à propos du portable) pour une autre approche supposée attirer l’attention des « consommateurs » tunisiens. La grande trouvaille et la nouvelle vague qui fait ravage en ce moment et qui est employée tous azimuts c’est le logo « Elu Produit de l’Année ».

La publicité est une pratique par essence « mensongère ». Elle l’est d’autant plus lorsque elle est exercée dans un pays ou rien ne se crée, rien ne perd mais tout se « Moncefbeyise ». Alors, lorsque dans notre joli pays, ou absolument rien ne se fait conformément à la règle ni à la loi d’ailleurs, une campagne publicitaire prend comme cible convaincre le consommateur que le produit qui lui est proposé est un produit que a été élu le produit de l’année, le minimum que le visé puisse faire c’est se poser quelques questions : Ce produit à été élu celui de l’année par qui ? Comment ? Où ? Par rapport à quoi ? … Il y a toute une série de questions qui s’imposent pour avoir au moins une idée sur les critères qui ont été suivis ou adoptés pour que tel ou tel produit soit élu le produit de l’année. Si vous étés de ceux qui ont l’esprit cartésien et que vous pensez avoir droit à une réponse, convaincante ou pas peu importe, et bien vous pouvez toujours attendre. Vous n’aurais droit absolument à rien, pas un indice, aucune indication, walou (ennesma bittounsi)…

Les publicistes continuent à considérer le consommateur tunisien comme un « mineur » qui n’a droit ni à une explication ni à un traitement plus respectueux et ils ont raison. Car si vous étés de ceux qui pensent que le tunisien a atteint un certain degré de conscience et de maturité consumériste, vous ferez mieux de vous détromper. La société tunisienne est gravement affectée par la« fièvre acheteuse » et les consommateurs tunisiens ne se soucient guerre de savoir si ce qui est dit à propos de l’article qu’ils ont entre les mains est vrai ou pas. Au contraire plus le slogan est racoleur plus il incite les tunisiens à se bousculer pour se procurer la perle rare même si le produit en question ne représente aucune nécessite urgente. L’important c’est de ne pas passer à cote de « l’événement ».

Pour quand la transparence ? Apparemment pas pour aujourd’hui.
Au revoir et bon blog.

2 commentaires:

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

je me souviens de ma jenesse au maroc et des pubs
"Omo est la et la salete sans va!"
"ya bon ,ya bon banania!"
patrick
P.S
techniquement parlant comment fais tu pour mettre une photo en fond de titre de ton blog,c'est extra

ORchea a dit…

le pire c que le label produit de l'année s'achète! mettez y le prix et votre produit mm quasi nul devient produit de l'année