Ma 3andi ma n9ollek



S’il y a un mot qui revient comme un leitmotiv dans les conversations et écrits des tunisiens c’est surement le mot débat. Quelque soit le niveau, ou le degré officiel, le mot débat ne cesse d’être prononcé comme pour traduire la soif du tunisien pour parler, s’exprimer, écouter, convaincre, se convaincre… L’intention est noble et même louable. Cependant, on ne peut s’empêcher de se demander si le tunisien est vraiment prêt pour débattre.

Pour qu’il y ait débat il faut qu’il y ait divergence d’opinions, antagonisme d’idées, différence dans la façon de voir les choses… car s’il y a une chose que le débat abhorre c’est surement l’unanimité, la concordance… Si on est d’accord sur tout et pour le tout dés le départ, alors le débat n’a plus de sens et ressemblerait surement à une réunion amicale.

La société tunisienne est composée de gauchistes, de fondamentalistes, de rcdistes, d’anarchistes, de progressistes, de jusqu’au-boutistes, de khobsistes, de mauvistes, de 7itistes, de clubistes, d’espérantistes, … voire même d’autistes (et si vous voulez mon vrai avis les tunisiens appartiennent beaucoup plus à cette dernière catégorie qu’aux précédentes). En cela, la société tunisienne ne diffère en rien aux autres sociétés qu’elles soient occidentales ou orientales. Cependant, à la différence des citoyens de ces dernières, le tunisien se distingue par sa conception singulière du débat. Pour le tunisien, le débat se rapproche beaucoup plus à un contentieux, voire même un conflit, qu’à une arène ou se confrontent les idées et les projets. Le tunisien confond tribune et tribunal. Au lieu que seul le bon sens et la raison soient l’unique critère pour séparer le bon grain de l’ivraie, pour pouvoir avoir lieu un débat tunisien nécessité la présence d’un arbitre.

Bien que la vérité est multiple et relative, le tunisien a ce fâcheux comportement de prendre sa vérité pour «la Vérité », condamnant ainsi le débat à perdre toute raison d’être ou, dans le meilleurs des cas, à ressembler à un dialogue de sourds. Que peut on récolter d’un tel ostracisme à part construire encore des murs pour nous séparer les uns des autres et nous cloitrer dans des ghettos ou l’on ne se mélange qu’avec ses semblables idéologiques ? Il est vrai que dans la tradition locale polémiquer avec celui qui ne saisit pas la portée d’un discours est une perte de temps. Mais est ce que c’est comme ça qu’on va pouvoir avancer ? Je ne le pense pas.

Nous autres tunisiens, nous avons beaucoup à apprendre et surtout à se respecter les uns les autres. Pour débattre il ne faut pas avoir que des idées, il faut aussi avoir du courage et surtout la capacité d’écouter. Autrement on ne serait pas encore sorti de l’auberge.

6 commentaires:

Kiffe Grave a dit…

Ma 3andi ma nekteblek!

wfamoriena a dit…

C'est quelque chose d'ancré dans la mentalité comme tant d'autres défauts! meskina tounes d'avoir twensa hakka! Et c'est de pire en pire sur tous les niveaux..

Takkou a dit…

@ Kiffe : tu n'es pas obligé. Je me regale deja en lisant ce que tu ecris sur ton blog. je deviens un inconditionnel.

@ wfamoriena : bienvenue à toi. La connerie est humanine mais nos concitoyens en font un peu trop à mon avis. Ou peut etre que c'est moi qui exagere :-)

wfamoriena a dit…

Merci!
Non mais t'as raison, quoi que tu dises c'est peu pour ce que "nous" sommes vraiment.. Et c'est désolant..

Kassus a dit…

Salut :) Je voudrais t'annoncer l'ouverture de notre site Tunisianet.com.tn.

Nous sommes spécialisés dans la vente en ligne de matériel informatique en Tunisie. Nous aimerions avoir l'avis de quelques blogueurs Tunisiens afin d'améliorer nos services.

Si tu veux, tu peux m'envoyer un message sur kais.turki ((at)) tunsianet.com.tn

Merci d'avance !

Wled Banlieu a dit…

Ce qu'il y'a de meilleur dans l'article, c'est son titre... Dommage qu'il soit copié...
Ma 3andi ma n9ollek est un article déjà publié par le blog be la banlieue: WLED BANLIEU ;)

http://wled-banlieu.blogspot.com/2009/03/ma-3andi-ma-n9ollek.html

N'imitez pas... Innovez!